TA TA TA ! Vous l’attendiez cet article !

 

Qu’est-ce qu’un prologue ?

À quoi sert-il ?

Comment rédiger un bon prologue ?

 

C’est parti !

 

Qu’est-ce qu’un prologue ?

 

Le prologue est la toute première partie d’un livre, les toutes premières lettres que le lecteur sera amené à découvrir. Il n’est pas obligatoire, mais si vous choisissez d’en intégrer un, il devra poser les bases de votre histoire tout en se détachant du reste du récit minutieusement.

Il n’y a pas de taille imposée pour un prologue, mais plus il sera concis, plus il sera apprécié. Au-delà de cinq pages, ça commence à devenir un chapitre dans l’esprit du lecteur.

 

À quoi sert-il ?

 

La principale vocation d’un prologue n’est finalement pas d’introduire l’histoire, puisqu’il n’est pas obligatoire et que le premier chapitre peut notamment s’en charger. L’intérêt d’un prologue réside dans sa faculté à attiser la curiosité du lecteur.

C’est donc le moment d’instaurer un élément de suspense (voire plusieurs si c’est bien mené), plonger le lecteur dans un univers captivant, faire rire, etc.

Évitez les clichés, surtout ! (Je pense d’ailleurs consacrer un article aux clichés, il y a de la matière !)

Je vois le prologue comme une ancre qui déterminera si le lecteur est prêt à s’engager dans la suite de l’histoire ou s’il passe tout simplement son chemin pour voguer vers d’autres horizons. L’océan est vaste et coriace, vous en conviendrez.

 

Comment rédiger un bon prologue ?

 

Là est toute la question !

 

Selon le genre littéraire dans lequel on écrit, il existe un certain nombre de (clichés) codes auxquels les lecteurs sont habitués. La fameuse scène d’action dans un roman d’aventure ou de science-fiction, un dialogue, un flash-back, etc.

 

L’objectif est d’amener le lecteur à se poser 2 questions « comment en est-on arrivé là ? » et « qu’est-ce qu’il va se passer ensuite ? ». S’il se dit « waouh, c’est original, ça ! », vous imaginez bien que c’est un gros bonus !

 

Si j’ai donc un conseil à vous donner, c’est d’écrire votre prologue plus tard (sauf s’il est déterminant pour la suite de l’intrigue). Imprégniez-vous d’abord de votre propre univers, maîtrisez bien vos personnages et aiguisez votre style avant de le rédiger. Il s’imposera de lui-même à un moment donné, vous verrez.

 

Si vous êtes du genre créatif, je vous recommande également cette astuce : imaginez que votre histoire est adaptée au cinéma. Quel pourrait être le teaser qui happerait le mieux le spectateur ? (J’ai bien dit un teaser, pas une bande-annonce, donc rien à voir avec un résumé). Qu’est-ce qui fait que votre histoire n’est pas comme les autres ?

 

On préconise de présenter un lieu, un contexte, un événement sans forcément mettre en scène vos personnages principaux. Évitez les longueurs pour empêcher le lecteur de s’ennuyer. Ne vous perdez pas dans des descriptions sans fin. Allez à l’essentiel sans trop en dévoiler non plus.

Voyez le prologue comme un « plus », cette parenthèse dans l’histoire qui offre une chance au lecteur de s’y intéresser.

 

Par ailleurs, relisez les prologues de vos livres préférés, c’est encore la plus vieille technique du monde pour analyser ce qui fonctionne bien ou pas.

 

Et vous, avez-vous des astuces particulières à nous confier pour l’écriture d’un prologue ?

 

Onjoy !

 

 

 

Commentaires récents

Commenter